Devenir famille d’accueil : Nos familles vous racontent- Episode 1

0
163

En cette rentrée, nous donnons la parole à certaines de nos familles d’accueil qui expérimentent depuis plusieurs années l’accueil d’un jeune au pair. Souvent on se rend compte en échangeant avec certaines familles qui souhaitent se lancer qu’il y a encore pas mal de freins. Est ce adapté à ma famille? Est ce que cela convient à mon organisation familiale? Comment fait on pour vivre avec une nouvelle personne sous son toit?

Pour ce premier témoignage, nous donnons la parole à Fanny C., maman de 3 enfants à Lyon qui doit conjuguer au quotidien activité professionnelle chargée et le bien être de sa grande famille.

Pouvez vous vous présenter ainsi que votre famille en quelques mots?

Bonjour, nous sommes une famille de 5 et habitons dans une maison dans Lyon. Renaud (le papa) est directeur commercial, je suis directrice marketing. Nous avons 3 enfants, Augustin 12 ans, Anna 10 ans et Léonie 7 ans. Augustin et Léonie sont des enfants « haut potentiel » donc parfois difficiles à gérer. Mon mari travaille en moyenne 3 jours par semaine à Paris (nous vivons à Lyon) et je dois donc gérer l’organisation familiale en son absence.

Qu’est ce qui vous a conduit finalement à choisir d’ accueillir un jeune au pair chez vous?

Nous accueillons des jeunes filles au pair depuis 4 ans. Nous avons reçu différentes nationalités : une américaine, une suédoise, une canadienne, une russe et donc depuis début septembre une brésilienne.
Nos motivations étaient bien sûr pratiques (pour la disponibilité et la flexibilité que cela offre au quotidien en cas d’imprévus le matin ou le soir. Il y avait également une motivation financière car c’est très difficile de trouver des gardes périscolaires abordables pour le volume d’heures qu’on souhaitait. Quand nous avons décidé d’accueillir une jeune fille pour la première fois, nous n’avions pas particulièrement de frein. Mon mari a eu des jeunes filles au pair dans son enfance et en a gardé de très bons souvenirs. Il est d’ailleurs toujours en contact avec plusieurs d’entre elles!

Qu’est ce que vous aimez dans le fait d’accueillir un au pair? Qu’est ce que vous aimez moins?

Ce que nous aimons le plus dans l’accueil d’une jeune fille au pair, c’est l’échange culturel et le fait d’accueillir une nouvelle personne dans notre famille. Cela permet de partager, de découvrir un autre bout d’ailleurs ce qui est toujours intéressant pour les enfants.
En revanche, ce qui est plus pénible, c’est de devoir accueillir une nouvelle personne à qui il faut tout réexpliquer chaque année. C’est un investissement important en terme de temps mais nécessaire si on veut que cela se passe bien. Il y aussi l’incertitude de savoir si la jeune fille va convenir (car c’est bien une question de rencontres et cela ne peut pas toujours coller, nous avons eu nous mêmes des expériences moins réussies.)

Une anecdote à nous raconter avec votre au pair?

Nous avions dit à notre première fille au pair qu’elle était autorisée à recevoir des amis, et également son petit ami.
Résultat, au bout de 15 jours, il avait installer ses chaussons à la maison! C’est important de bien définir les régles de vie de votre maison pour qu’il n’y ait pas de gêne ou incompréhension.

Quels conseils donneriez vous aux familles qui débutent pour que l’expérience se passe au mieux?

Il y a 2 conseils principaux que je donnerais aux familles qui ont envie de se lancer :


1. Communiquer et dire les choses même les plus simples factuellement avant que les choses deviennent émotionnelles. Par exemple, dire « Pourrais-tu penser à essuyer la table après le repas des enfants s’il te plait » au lieu de ne rien dire. Elle ne va pas deviner seule ce qui nous agace (cela peut paraitre évident pour vous mais cela ne l’est pas forcément pour l’au pair pour des raisons d’éducation ou culturelle). A la fin cela peut devenir vraiment un fixation pour soi si vous ne dites pas les points à améliorer dès le départ.

2.Savoir s’avouer que ça ne colle pas quand ça ne colle pas pour mettre un terme à la relation. Ce qui vous fait tiquer le premier jour donne des envie de meurtres au bout de 6 mois si les choses n’ont pas changé! Malgré la meilleure communication du monde, l’expérience au pair est avant tout une question de rencontre et de personnalité.

Merci beaucoup à Fanny C pour son témoignage sans langue de bois.
A la semaine prochaine pour un nouveau témoignage de famille.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here