6 conseils clés pour choisir sa jeune fille au pair

0
1496

Choisir son au pair, c’est choisir la personne à qui on va confier ce qu’on a de plus précieux : ses enfants !

Autant dire qu’on a envie que ce soit LA bonne personne. Celle qui va les chérir et être un exemple pour eux. C’est aussi choisir une personne avec qui toute la famille va vivre. Mieux vaut donc être aligné sur quelques règles de vie pour choisir son au pair. 

On partage avec vous 6 conseils qui nous paraissent importants pour faire le bon choix. 

CONSEIL N°1 : L’ANTICIPATION. Je prévois donc je suis…serein !

Vous recherchez une au pair pour la rentrée de septembre ? Ne vous y prenez pas au mois de juillet. Anticiper votre recherche dès le printemps, posez vos besoins sur le papier et mettez-vous en relation avec votre agence. Cela vous semble loin mais le temps va très vite passer et ce délai d’anticipation est plus que nécessaire. Évitez ainsi de choisir votre au pair dans la précipitation. Vous retrouver avec quelques semaines de latence début septembre ? Avouez que passer des vacances d’été sans le stress de comment vous gérerez la rentrée est un luxe appréciable.

CONSEIL N°2 : CLARIFIER VOTRE BESOIN. Quand je dis je veux, ça veut dire je veux (edit. Roger Rabbit)

D’un côté il existe autant d’au pairs potentiels que de jeunes gens prêts à se lancer dans cette aventure. D’un autre côté, il y a autant de famille d’accueil que de famille prêtes à recevoir un au pair. Chacun évidemment avec ses qualités et ses défauts.

A vous de prioriser les principales qualités recherchées et de vous y tenir. Il y a bien sûr les aspects évidents : la durée, le sexe, le niveau de français, l’âge. Il y a aussi tous plein de petits détails qui peuvent être importants pour vous : fumeur ? Permis de conduire ? Régime alimentaire ? Relation aux animaux ? Pratique le vélo ? Pratique la nage ? Aime la vie citadine ?…

De plus, il est essentiel de savoir exactement ce que vous proposerez à l’au pair. Il y a bien sûr les termes légaux (ex. argent de poche) et les éléments qui peuvent aider son quotidien (ex. véhicule, carte SIM, participation aux frais des cours). Mais il y a également tous les aspects annexes comme la gestion de son temps libre : prévoyez-vous de l’impliquer dans vos sorties du week-end, vos vacances, envisagez-vous du babysitting régulier.

Posez-vous : faites une liste de ce qui est obligatoire et de ce sur quoi vous pourriez transiger en fonction de votre famille, des tâches que l’au pair sera amené(e) à faire et de votre environnement.

Cela vous évitera de craquer pour le super profil de Sabrina qui ne sait pas nager alors que vous habitez au bord de la mer ou de vous convaincre que vous saurez vous accommoder du végétarisme de Lola, vous qui adorez la viande (true story !).

CONSEIL N° 3 : L’HONNETETE. Votre famille n’est pas parfaite.

Vous rêvez d’une maison ordonnée mais vous savez que vos tornades ne vous laissent aucun répit. Ils sèment les jouets aux quatre coins de votre salon. Votre mari est un adepte des chaussettes qui trainent et il vous arrive de commander des pizzas certains soirs pour pallier un emploi du temps de fou ou de mettre des dessins animés à vos enfants de temps en temps, soit !

Alors oui cette demoiselle qui ne jure que par les travaux manuels et les balades serait la ‘grande sœur’ idéale pour que vos chérubins sortent la tête de leurs écrans.

Mais ne vous voilez pas la face! Toutes vos tentatives pour changer les (fâcheuses) habitudes de votre famille se sont révélées infructueuses, pourquoi en serait-il autrement cette fois ? Et cela ne sert à rien de dresser le tableau de la famille idéale en ventant vos talents de cordon bleu, alors que le régime « purée jambon » est régulier ou de vous décrire comme une famille « anti-TV », alors que le mercredi après-midi est généralement comblé par un DVD Disney.

Préférez l’honnêteté. Dites-lui clairement ce qu’il en est chez vous. En tant que jeune, elle sait très bien ce qu’est la vie de famille et ses problématiques. Alors autant trouver une personne qui saura s’accommoder de vos petits défauts plutôt que celle qui aura les qualités de vos défauts, et risquera de fuir à la première occasion.

CONSEIL N°4 : LA COMMUNICATION. Parlez, Parlez, Parlez

N’hésitez pas à poser des questions, même les plus bêtes, à faire des mises en situation, à lui décrire votre environnement et à l’encourager à vous poser des questions durant vos skypes. Il faut penser que l’au pair est une personne étrangère avec ce que cela implique de référentiels différents. Un « village » peut se révéler être dans son pays une ville de plusieurs milliers d’habitants. Vous pourrez aussi durant ces échanges vidéos lui montrer concrètement votre maison, le jardin, sa chambre et de son côté vous apprécierez son répondant, son accent, sa curiosité. Même si ces discussions ne sont pas des séances de questions / réponses, elles vous permettront de sentir si le courant passe entre vous.

CONSEIL N°5 : L’IMPLICATION. Un pour tous, tous pour un !

Dans un couple c’est souvent un des membres qui va prendre en charge « le dossier au pair ». Qu’à cela ne tienne, mais cela ne veut pas dire que votre partenaire ou vos enfants doivent s’en désintéresser.

Parlez avec votre famille, de ce qu’ils attendent de cette personne, comment ils voient le quotidien. Cela vous aidera à clarifier le besoin de la famille. Partagez les profils intéressants avec votre conjoint, résumez les échanges que vous avez eu avec l’au pair à votre famille, impliquez votre partenaire dans les discussions vidéo. Rien de mieux que d’échanger entre vous pour s’assurer de ne rien oublier.

Vous avez une candidate qui vous plait ? Il est peut-être temps de faire intervenir les principaux intéressés : vos enfants. On ne vous demande pas de faire tenir une conversation à votre 3 ans qui ne tient pas en place. Organiser cette séance permettra à vos enfants de « voir » leur future grande sœur. Ils pourront lui parler, lui poser des questions et ce premier contact vous permettra de sentir comment sera la relation entre vos enfants et l’au pair. Et puis, il sera toujours plus facile à vos enfants d’accepter votre choix s’ils ont eu la possibilité de donner leur opinion sur celui-ci. Ce qui facilitera d’autant plus la relation entre vous, les enfants et l’au pair.

CONSEIL N°6 : L’INSTINCT . Le factuel oui, le ressenti aussi !

Ok il y a les critères pratiques et les candidats que vous avez rencontrés cochent toutes les cases sur le papier.  Alors faites appel à votre ressenti. Le premier entretien n’a pas été concluant? Si après plusieurs appels, cette sensation continue de vous tirailler, il est peut-être préférable de vous écouter et de ne pas conclure avec cette jeune personne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here